Actus

Méthodes Agiles, les 7 avantages accélérateurs d’innovation

Comme nous l’avons vu dans notre article « Quelle méthode de développement choisir pour votre projet ? Cycle V vs Agilité », les méthodes agiles s’imposent aujourd’hui car on ne peut plus se permettre de perdre du temps et de reconstruire complètement le projet à chaque fois qu’une incertitude plane. Dans une DSI, vos clients sont les métiers, ils ont de plus en plus de projets et des exigences toujours plus fortes en termes de time-to-market. Même si leurs besoins peuvent être parfois suffisamment documentés au départ du projet, il est rare qu’ils n’évoluent pas en cours voir qu’ils changent carrément de cap !

Les processus qui se déroulent sans accroc, c’est parfait mais un simple grain de sable peut enrayer tous les composants. Ralentir, c’est aujourd’hui être en panne d’innovation. 

Jean-Philippe Lopes
Agile Practice Manager Harington

Pourquoi est-ce l’agilité séduit tant ? Vraisemblablement par ce que c’est une méthode de gestion de projet par nature itérative et incrémentale centrée sur le travail collaboratif. L’équipe projet reste focalisée sur la création de valeur ajoutée client avec des livrables réguliers tout au long du projet.

Voici en 7 points les principaux avantages des méthodologies Agile.

 

1. Time-to-Market

Accélérer la mise à disposition de nouveaux produits sur leur marché est au cœur des méthodes agiles car l’ensemble des rituels imposent un décloisonnement des métiers, plus de collaboration, plus de transparence entre les relations clients/fournisseurs, plus de réactivité, (…)

Pourtant nombreux sont les projets qui peinent à voir le jour … car on prend souvent du retard avant même de les avoir lancé entre des réunions à rallonge ou des attentes de GO/NO GO !

En agilité, on utilise le Framing Agile ou le Sprint 0 dans Scrum. L’objectif est inchangé, commencer le plus rapidement possible les développements sur des bases solides en partageant la vision du produit, le budget, les ressources allouées et la capacité à prendre des décisions rapides.

Faire vite et bien, c’est la clé du time-to-market.

Wadi EssafI
Président, Harington

L’agilité permet d’avoir un rythme soutenu et prévisible des livrables. Avec des sprints qui durent de 1 à 6 semaines, vous pouvez lancer de nouvelles fonctionnalités dès qu’elles sont opérationnelles. Et si les enjeux commerciaux interfèrent dans votre calendrier, rien ne vous empêche de les lancer sur le marché en Beta !

2. Collaboration et engagement

 

L’agilité, c’est aussi des interactions constantes car le client est impliqué à chaque étape du projet. Le client est littéralement intégré au projet, ce qui permet aux équipes techniques de gagner en compréhension de ses enjeux et de ses attentes, c’est une boucle vertueuse. Fini le fameux effet tunnel. Les équipes sont davantage responsabilisées, polyvalentes et s’organisent mieux entre elles. On constate également une meilleure implication et motivation des équipes sur toute la durée du projet car il est très satisfaisant, pour toutes les parties prenantes, de livrer régulièrement un produit fonctionnel.

De plus, dans la méthodologie agile, les tests sont réalisés tout au long du cycle, ce qui permet une meilleure collaboration entre les Devps et les Ops et une amélioration continue de la qualité. En clair, lorsque chaque sprint, on développe, on teste, on intègre et on implémente.

 

3. Transparence totale

L’agilité repose sur une communication transparente avec le client sur l’avancée du projet. Il est impliqué dans la priorisation des éléments et autres fonctionnalités à livrer jusqu’à la planification des itérations en passant par les tests fonctionnels. Par contre, cela sous-entend que votre client est bel et bien prêt à s’impliquer personnellement dans le projet et donc, dans une certaine mesure, à en partager les risques et en supporter les responsabilités. La transparence est une valeur fondamentale de l’agilité (un des trois piliers de la méthode Scrum) mais elle suppose un certain courage. Il est nécessaire d’aborder tous les sujets et parfois certains sont sensibles mais les résultats sont au rendez-vous, ne serait-ce qu’en terme de relations de travail et d’efficacité globale.

 

4. Qualité logicielle

Dans la méthodologie Agile, des tests réguliers sont effectués à chaque sprint, ce qui permet de vérifier que la qualité est bien aux attendus et que le produit fonctionne à ce stade du développement… et de redresser le cas échéant. Cela permet plus de flexibilité lors de nouvelles modifications et de renforcer la vigilance en cas d’imprévus. Au final, l’agilité offre plus de réactivité en cas de problèmes car c’est encore « frais » ! Pas étonnant que sur ces deux dernières années, le nombre de « testeurs agiles » ait été multiplié par deux chez Harington, cela illustre à quel point les développements agiles nécessitent une très grande rigueur pour livrer un produit fiable et fidèle aux attendus métiers. On constate également que la qualité des livrables augmente ! Le code est plus facile à maintenir et il y a de moins en moins de défauts critiques lors de la mise en production.

 

5. Des coûts prévisibles dans le temps

Bien que la principale motivation de nos clients reste purement opérationnelle comme un meilleur alignement entre l’IT et les métiers, plus de productivité, meilleur arbitrage des priorités, (…), les méthodes agiles permettent un meilleur pilotage économique des projets. Déjà, chaque « Product Backlog » est priorisé en fonction de sa valeur métier et de son ROI. Par principe, chaque produit est divisé en petits ensembles de fonctionnalités qui doivent apporter une réelle valeur à l’utilisateur (MVP).

Les coûts globaux du projet sont mieux contrôlés car à la fin de sprint, on a la visibilité de ce qui a été consommé pour telle ou telle fonctionnalité par rapport à ce qui avait été estimé ; et la part restante du budget. Ainsi, il est plus facile de prévoir les coûts prévisionnels pour chaque fonctionnalité à venir. Il ne faut pas perdre de vue que l’objectif des méthodes agiles de payer davantage de réalisations … que de régulation. En effet, l’agilité repose sur l’anticipation avec une enveloppe budgétaire prévisionnelle. Un de ces principaux avantages réside dans sa capacité intrinsèque à justement anticiper les risques de dérapages budgétaires. Elle permet d’identifier rapidement les éventuels problèmes et de justement maîtriser le budget.

 

6. Le droit de changer d’avis

Dans l’agilité, contrairement aux méthodes traditionnelles (en cascade ou cycle en V), le changement est bienvenu et l’adaptation est la règle ! Les clients peuvent changer d’avis, faire évoluer leurs besoins et les équipes techniques peuvent aussi faire évoluer leurs choix technologiques. À tout moment, on peut arrêter le projet si on considère être dans une impasse. Le plus important est la stabilité des équipes qui gèrent le projet car elles s’engagent à délivrer un ensemble de fonctionnalités convenues ensemble, à chaque sprint. A chaque itération, les équipes accumulent des connaissances, développent leur capacité de travailler ensemble et donc développent un produit plus performant, étape après étape.

 

7. Plus de satisfaction

Le 1er principe du Manifeste Agile est d’obtenir la satisfaction client au plus tôt par la livraison rapide et régulière de fonctionnalités attendues. Pas de coûteux retours en arrière et de budgets qui explosent, on peut aussi arrêter à tout moment le projet et on a une visibilité sur tous les coûts engagés. Plus de fiabilité et de qualité car les tests sont menés en continu, et les feedbacks sont réguliers. Plus de flexibilité dans le projet, terminé l’effet boite noire ! Oui, nos clients sont satisfaits et nos collaborateurs aussi ! Nos consultants aiment avant tout livrer régulièrement des fonctionnalités conformes aux attendus de nos clients … plutôt que d’avoir des sueurs froides rien qu’en soupesant un cahier des charges.