Expertise
Expertise
impact ia urgence climatique

Quel impact de l’IA sur le climat ?

Faut-il choisir entre innovation technologique et urgence climatique ? En réalité, bien que l’IA ait un impact écologique et un coût environnemental non négligeables, elle porte aussi en elle le potentiel de technologies plus durables et responsables. Explications.

L’intelligence artificielle est devenue omniprésente dans notre société tout comme l’urgence climatique.


Nombreux sont ceux qui s’enthousiasment sur les avancées que l’IA va générer dont la libération de l’homme de tâches répétitives et mécaniques. D’autre s’inquiètent des répercussions sur les emplois qu’elle va surement transformer voire éradiquer. Kristalina Georgieva, Directrice Générale du FMI (Fonds Monétaire international) estime que près de 40% des emplois mondiaux seront impactés et que, quelque soient le scenario, l’IA risque d’aggraver les inégalités.

De plus en plus de voix s’élèvent aussi pour dénoncer l’impact écologique de l’intelligence artificielle. La consommation énergétique nécessaire pour entrainer des modèles de deep learning demande notamment beaucoup de puissance de calcul. Il est difficile de chiffrer son empreinte réelle mais prenons un exemple. L’entraînement de LLM GPT-3 par OpenAI a généré l’équivalent d’environ 500 tonnes de dioxyde de carbone.

Au-delà des émissions de gaz à effet de serre (GES), L’IA peut contribuer à aggraver des activités déjà nuisibles comme l’optimisation des opérations minières – et donc la production de barils de pétrole – dans l’industrie des combustibles fossiles. L’IA nourrit également les algorithmes de recommandation qui poussent à la consommation excessive de fast fashion sur les réseaux sociaux alors que l’on sait que l’industrie de la mode participe déjà à hauteur de 8% des émissions de GES mondiales. Et les exemples sont nombreux dans tous les secteurs.

Cependant, l’IA est une alliée de taille dans la lutte contre le changement climatique.

Elle pourrait participer à la réduction des émissions GES à hauteur de 5 à 10% d’ici 2030 selon le Boston Consulting Group, soit l’équivalent des émissions annuelles de l’UE !

D’après l’Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations unies, les technologies basées sur l’IA offrent des capacités inédites de traitement et d’analyse d’énormes volumes de données, d’extraction de connaissances pertinentes et d’amélioration des modèles prédictifs.

L’intelligence Artificielle permet :

  • Le suivi et le calcul précis de l’empreinte carbone dans toute la complexité des différents éléments qui la composent
  • Une gestion optimisée des sources d’énergie renouvelable grâce à de meilleures prédictions des demandes, permettant une consommation plus efficace mais aussi de réduire le gaspillage
  • Une agriculture de précision moins émettrice de GES, grâce à des prédictions météorologiques fines pour optimiser la consommation en ressources en eau mais aussi réduire l’utilisation des pesticides et autres engrais, tout en améliorant les rendements.
  • Une meilleure anticipation des risques et adaptation face aux phénomènes météorologiques extrêmes, permettant une préparation plus efficace des populations du monde entier aux catastrophes climatiques
  • La mise en place de politiques bas-carbone plus efficaces
  • L’optimisation des transports ou des réseaux via l’optimisation des flux
  • L’introduction de véhicules électriques de nouvelle génération avec IA embarquée
  • Et nous l’espérons, la rationalisation du processus de calcul des émissions de toutes les entreprises pour qu’elles puissent obtenir des données plus précises sur leur empreinte ESG, leur permettant ainsi d’identifier rapidement des leviers pour réduire leurs émissions

Les applications de l’IA « Tech for good » au service de la protection de l’environnement et du climat sont considérables et la plupart restent à inventer.

Cependant, pour que l’IA soit au service d’un développement durable et que les nouvelles technologies dans leur ensemble soient plus responsables et éthiques ; il est essentiel que les gouvernements s’engagent :

  • Par l’exemplarité, avec l’utilisation d’une IA éthique, écologique et sobre en carbone déjà dans les services publics.
  • Par la législation pour réguler l’IA, avec plus de transparence sur les algorithmes et le développement de modèles plus économes en consommation de ressources.
  • Par la coopération internationale pour établir des standards partagés face au défi climatique mondial.
  • Par des mesures incitatives, comme la taxation du carbone pour les data center non « verts ».

Chez Harington Impact, nous œuvrons à vos côtés pour mettre les avancées technologiques au service d’un avenir plus durable et plus résilient pour notre planète.

France Titin-Snaider, Présidente associée, Harington Impact

Sources pour aller plus loin

Vous souhaitez vous engager vers un numérique plus responsable et aligner vos pratiques ? Laissez-nous un message, un expert Harington Impact vous répond.

En savoir plus
bilan carbone harington
Stratégie climat, Harington s’engage dans la décarbonisation.
Harington s’engage dans la décarbonisation et la réduction de son empreinte environnementale. Après avoir réalisé son bilan carbone selon la...
+ Lire
numérique responsable durable respectueux environnement social
Harington s’engage dans un numérique plus responsable.
Harington signe la Charte Numérique Responsable de l’Institut Numérique Responsable et affirme son engagement pour adopter une démarche collective pour...
+ Lire
RSE ECOVADIS 2022
RSE, Harington décroche la médaille de platine et entre dans top 1% des entreprises !
EcoVadis évalue les performances RSE des entreprises à travers quatre domaines que sont l’environnement, l’éthique, Social et Droits de l’Homme...
+ Lire